****************************
La théorie du corps Amoureux, de Michel Onfray Théorie du corps amoureux , pour une érotique solaire de Michel Onfray est parue aux éditions Grasset.

(Résumé des propos extraits de l'émission "la vie comme elle va", émission développant des thèmes portant sur les  Sciences Humaines, diffusée sur France Culture, chaque jeudi.
Cette émission a été réalisée dans le cadre du 20ème salon du livre de Paris.)
 


*******************
 

De l'improvisation philosophique au plaisir du Philosophe.

La Théorie du Corps amoureux et l'évocation d'une érotique solaire, évoquant l'idée du plaisir, est une éloge à la brûlure, à l'incandescence, en la pensée de M. Onfray.
Cette évocation s'inscrit en métaphore au principe des Pré-socratiques, en allusion aux 4 éléments fondamentaux.

Le principe du plaisir, présente en lueur... celui  de l'Hédonisme, doctrine morale qui donne à conduire l'être au plaisir "maître" et  "divin".

Le plaisir, en la doctrine morale de l'hédonisme, est une recherche perpétuelle du plaisir. Ce plaisir n'est, cependant, pas à prendre comme être une liberté totale et jouissive de l'être, trop souvent soulignée en une image caricaturale évoquant celle de l'Epicurisme, en l'opinio.

C'est avant tout, selon M. Onfray, une construction, une recherche par la réflexion  pour : "vivre pleinement l'instant".
 

A travers ce livre, M. Onfray souligne l'idée omniprésente qui donne à voir le plaisir  dans des logiques sociales, et qui peut être "ressenti"  comme des stratégies sociales qui mettent en avant : les principes de réalité en les opposant au principe de plaisirs. 

Le plaisir est assurèment individuel, mais il n'en n'est pas moins universel. Cependant, il n'existe pas :  "le" plaisir universel, celui qui serait le seul pour tous, et de par ce fait.... commun à tous.

En lui prêtant ce sens , il provoque sans nul doute, un certain mal-aise chez les individus, un certain malheur. 
En revanche, en  l'alliant à l'idée de l'Hédonisme, il permet alors, selon l'auteur : "de vivre avec.....".

Mais, entre le plaisir et le désir.... la marge est étroite... et c'est sans doute une des raisons principales qui créait une bien grande ambiguité entre ces deux concepts.

Selon l'auteur, Il ne faut pas réduire, non plus,  le désir à une fonction, mais à  lui donner le sens d'un appel, à une réalisation ; permettant ainsi,  une avancée perpétuelle vers une non hypothétique priorité (famille, monogamie...), telle que peut le susciter le principe général du plaisir : la possession. 

De ce fait, malgré cette vision du désir qui se veut instantané, il se doit voir alors, comme inscrit dans une idée d'éternité : c'est à dire à être perçu comme quelque chose qui n'est jamais acquis (comme il le suggère) mais à acquérir, petit à petit. 
M. Onfray soulignera cette idée générale par la  citation Nietzschéenne : "tout désir vise l'éternité".

(On pourrait dire que l'on ne peut jouir d'une chose dans l'immédiat (ce qui est  une illusion) ; on ne peut réellement lui prêter existence que dans le mouvement et non dans ce qui est statique, figée dans une volonté présentée assouvie).

******

Ainsi, M. Onfray, en ce livre, présente 3 thèmes généraux pour dessiner le plaisir sous ses diverses formes à partir :

 du désir - du plaisir - de l'agencement 
à travers l'idée de
La puissance du désir - les corps - la nature animale du plaisir - la fidélité et la mémoire

******

En présentant aux  traditions anciennes, leurs similitudes avec notre époque, 
M. Onfray évoquera  le Mythe de l'Androgyne de Platon, présenté dans le Banquet ( dans lequel est présenté  le désir comme un manque ; le plaisir comme celui qui permet de combler ce manque.).

Si "désirer, est alors : un déterminisme par nature"...., l'Homme, en tant qu'animal social, sociable, selon l'idée Rousseauiste, peut  donner également au désir du plaisir ce visage culturel et social 

Culturel car il est sujet à l'instrument de la connaissance de chacun ; social parce qu'il est dépendant des traditions qui sont à la source du principe de notre "regroupement" par sociabilisation.
 

Si le désir,  se voit excès tout comme  le plaisir se veut dépense (faim, soif...), il se peut voir  aussi comme "multi- forme" : il est trans-formable telle la cognitio dessine, en l'être... 
"cette expérience d'un vécu personnel".

Pour appuyer cette vision, M. Onfray reprendra des diverses traditions : divers symboliques ou archètypes... dont ceux que  l'éléphant, ou le carrelé, par exemple, peuvent dessiner.... en les "personnifiant".

Par ce parrallèle, M. Onfray approche l' idée du totémisme (tout en étant, par définition, contre un grand nombre d'idées de la Psychanalyse).

Cette mise en adéquation pourra peut être surprendre, notamment dans celle réalisée entre l'Homme et le hérisson.... pour vous montrer..... l'idée du couple.

Cette présentation aménera, au fil des lignes, à souligner  ce qui nous est extérieur, externe. comme un   mundanus (monde en général) pour mettre en évidence : "la relation".... envers l'autre.

Cette relation, ce rapprochement, ce rapport exprimera ce en quoi l'agencement homogène du désir et du plaisir peut mener l'être vers.... l'Hédonisme... et peut être l'eudémonisme... 

Mais, il vous reste maintenant à le découvrir....
 
 

************************************

 Si vous désirez prendre connaissance des rediffusions de cette émission, 

le portail de France Culture vous offre la possibilité de prendre connaissance d'une grille des rediffusions pour écouter ou ré-écouter un grand nombre d'émissions.

*********

De même, un espace sera mis à votre disposition pour réécouter des émissions via le www pour vous permettre d'écouter la richesse que l'ensemble de leurs émissions peuvent contenir.

N'hésitez pas à aller visiter la partie "livre" qui est à votre disposition, pour prendre des références, ou acheter en ligne un grand nombre de livres, si vous le voulez.
 
 

******************************************