Le Délire d'Imagination
 
 

Il se désigne ici un délire chronique qui se caratérise par la prépondérance du mécanisme imaginatif.

On peut présenter trois types de délire :
 
 

1) - Le délire d'Interprétation.

2) - La psychologie hallucinatoire chronique

3) - Le délire d'Imagination.



A la suite de recherche sur la Mythomanie* de E. Dupré, il a été décrit ce délire imaginatif où les productions délirantes s'étendent d'une manière désordonnée, avec un contenu extravagant et parfois fantastique.

Ces sont des fabulations foisonnantes, avec des thèmes mégalomaniaques, assez mal organisées et parfois diffluentes, qui enrichissent ce délire peu cohérent et manquant de logique, ce qui le distingue de la Paranoïa*(psychose caractérisé par un délire incohérent, sans clarté, sans cohérence et sans logique (page suivante).

Les patients qui en sont atteints gardent cependant, malgré leur excentricité, un bon contact avec la réalité, ce qui pemet de les différencier des Schizophrènes *(rupture de contact avec le monde, retrait avec réalité et pensée autistique (Vpage suivante)).

Ils se confondent, en fait, avec les malades atteints de paraphrénies, confabulante et fantastique, individualisées par Kraepelin E. (1856-1926).
 


**************

La Mythomanie

On dit de la Mythomanie qu'elle est une tendance pathologique à mentir. 

De la forme la plus bénigne par ses conséquences, est celle que l'on appelle la Mythomanie Vaniteuse, il existe une toute autre forme plus perverse.

On la désigne alors comme une Arme mise entre les mains des Jaloux, des faibles... qui se traduit par des lettres anonymes ou des accusations mensongères, aux plaisirs des oreilles complaisante.

C'est de plus, une tendance Morbide à altérer la Vérité, d'une manière constitutionnelle (E.Dupré).

Cette tendance pathologique "plus ou moins volontaire et consciente (pour certains cas)", n'est pas seulement une action propre à Fabuler. 

Elle est un type de désiquilibre entraînant certains "débiles*", certains psychopathes* à élaborer constamment des récits d'évenements et d'actes qui n'ont pas eu lieu mais dont il font croire à autrui qu'ils ont été les témoins et les acteurs en s'y décrivant généralement dans une position avantageuse.

Alors que la Psychopathologie de Dupré E. reste toutefois purement descriptive et conduit à l'impasse de la "Perversion Mythomaniaque". 

La Psychanalyse se tournera, en  l'étude de l'Hystérie (névrose corporelle (v.Liens)) sur l'Autosuggestion* et la Notion du Clivage du Moi.

On expliquera antérieurement, via les travaux de Deutsch H. qu'il s'exprime en ce trouble un dédoublement de la Personnalité et de Croyance.

 
****************
Retour