Le Clivage du Moi 
ou 
Spaltung


 

Traduit en Français, suivant les usages qui sont fait pour la Séparation, Clivage et Dissociation, le terme allemand Spaltung n'est lui-même que la traduction par Freud d'une expression fréquente dans la Psychiatrie Française du XIX e Siècle, celle de : "Double Conscience"., utilisée par P. Janet (1859-1947).

Ce dernier désigne par le Clivage de la Conscience comme : "un trait primaire de l'affection Hystérique. 
Il repose sur une faiblesse innée de la capacité de synthèse Psychique signant la dégénérescence des individus hystériques (cité par Freud ans les Psychonévroses de défenses)".

Joseph Breuer et Sigmund Freud considèrent d'abord que l'hystérie est marquée par l'apparition d'états de conscience particuliers qu'ils définissent comme des Etats :"Hypnoïdes (état semblable au rêve sans être accompagné de sommeil) caractérisé par une difficulté à associer ; le Clivage de conscience est secondaire ; il provient du fait que les représentations qui émergent sont coupées de la communication associative avec le reste du contenu de la Conscience.

Mais, cette notion de Conscience Hypnoïde reste bien vague... On pourrait alors s'arrêter à la définition que Eugen Bleuler donne de la Spaltung comme Trouble fondamental de la pensée Schizophrénique :
la Dissociation intrapsychique, selon lui, rend le sujet incapable d'organiser un discours suivant les voies de la signifiance et de l'association traditionnelle.

Reprenant cette perspective, mais en donnant à la notion de clivage un sens radicalement différend, Freud va, en 1924, étendre celle-ci au champ de la psychose, dans laquelle a ses yeux, le Moi se laisse emporter par le Ça ( pôle pulsionnel de la Personnalité) et se détache d'un morceau de la Réalité "la perte de la réalité dans la névrose et la Psychose (1925)"

Du Clivage de Conscience, il passera bientôt au Clivage du Moi (1927) tel qu'il s'effectue dans le Fétichisme.

Freud S. définit le Fétichisme comme être une défense contre l'Angoisse de Castration.

De deux attitudes en rapport avec : l'Organe génital Masculin et Féminin qui sont dans la substitution de l'organe génital, d'un point de vue  psychique, de l'autre "soi" que se trouverait : le Clivage du Moi.

Le processus dit de Refoulement (mécanisme de défense inconscient),  ne résout pas, ici, deux données contradictoires mais les met "Cote à cote", permettant qu'elles ne s'influence pas mutuellement.
 

On dira qu'il y a Clivage entre deux attitudes lorsque, l'une est fondée sur le Désir et l'autre sur la réalité.

On admet aujourd'hui, ce qui a été présenté par Freud en ajout de la pensée précédente,  que l'une des attitudes est le fait du Moi, tandis que l'attitude du refoulé émane du Ça, (dont on détermine les contenus comme inconscient).
 

A partir de certaines remarques de Freud "Moi-Plaisir" et "Moi-Réalité",  Mélanie Klein (1882-1960) et dans le cadre de la relation "Sujet-Objet" introduira la notion de clivage pour dissocier celui-ci en bon et mauvais Objet (façon d'appréhender l'objet et de se situer par rapport à lui), dont elle présentera ce regard : 

Par le biais de petite enfance et lors de la succion, il va s'instruire une relation de type : "Objet partiel". Le sein de la mère va représenter l'Instinct de Vie, par le biais des pulsions dites "libidinales" et des pulsions agressives "sadique oral".

Le sein maternel est alors partagé en "Bon", lorsqu'il donne du Plaisir, et en "Mauvais" ,  lorsqu'il ne donna pas satisfaction.

Le Clivage du "Moi" et de "l'Objet" se produisent alors corrélativement mais restent séparés.

Il faut noter également que, à la notion Freudienne, Jacques Lacan emploiera : "la refente de l'Objet", définissant elle même la refente de l'objet Phallique (Position de l'Inconscient).

 
****************
Retour